The Soft Protest Digest, Édition Pays-Bas

Cinq nouveaux plats résilients néerlandais

Waarom beginnen met Stamppot?

The Soft Protest Digest,
Édition Pays-Bas
Adel Cersaque Read in English

The Soft Protest Digest est un collectif de recherche associant la fermière et artiste danoise Nickie Sigurdsson, et le duo de designers français Adel Cersaque.
  En centrant sa recherche sur l’histoire de l’alimentation, l’agriculture et les relations sociales et politiques constitutives d’une culture alimentaire, le collectif a pour objectif de concevoir des régimes alimentaires résilients, autant d’un point de vue environnemental que culturel.
Que cette recherche soit proposée aux habitants d’un quartier, d’une ville, d’une région ou d’un État, The Soft Protest Digest est convaincu de la portée du «récit» comme procédé permettant la fabrication ou la transformation de traditions culinaires préexistantes, de recettes et de régimes alimentaires prenant en compte l’héritage culturel et le lien émotionnel qu’entretient le mangeur à sa gastronomie locale.
En ouvrant le dialogue avec tous les acteurs de la communauté (producteurs de leur propre culture alimentaire) au travers de discussions, de repas et de workshops, le collectif entend se nourrir de leur savoir et de leurs connaissances afin de mettre au point des alternatives cohérentes.


Depuis le l’automne 2018, l’«Édition Pays-Bas» de The Soft Protest Digest s’est attachée à étudier les habitudes alimentaires des néerlandais et, plus particulièrement, aux habitants de la région de la Hollande du Nord.
En s’ancrant dans la multiculturelle Amsterdam, le collectif s’est lancé dans un profond examen de l’histoire et de la culture hollandaise afin de comprendre la position antagoniste que le pays entretient avec son alimentation. En effet, comment un pays comme les Pays-bas, qui semble posséder une culture culinaire en jachère, peut-il tout autant être à la pointe de l’industrie alimentaire ? (exemples : l’expansion croissante de la viande végétale ou de la production de fruits et légumes en serre supervisée par drone). Sa gastronomie semble être celle d’un pays faisant face à la crise économique, à la famine et à une agriculture laborieuse (exemples : les nombreux ragoûts fris, les harengs vinaigrés et les grossières soupes de pois cassés). En réalité, une grande majorité des plats iconiques hollandais n’ont pas évolué depuis la moitié du XVIIIe siècle et font appel aujourd’hui à une quantité disproportionnée de viandes transformées, de légumes pré-découpés et de préparations industrielles.
C’est en faisant la connaissance d’historiens de l’alimentation néerlandaise, d’agriculteurs, de cuisiniers et de citoyens nord hollandais ; en dégustant et en apprenant à cuisiner à la hollandaise, que The Soft Protest Digest tend à dessiner dans le paysage néerlandais de nouveaux sentiers culinaires qui soient à la fois plus ancrés culturellement que des burgers végétaliens, et plus résilients pour l’environnement qu’une rookworst (la saucisse de porc fumée hollandaise).

Retour au menu